• 2 Femmes à Hollywood

Vous avez déjà entendu son violon... Connaissez-vous son nom?

Mis à jour : 5 juin 2019

Nathalie Bonin: compositrice et violoniste québécoise qui partage son temps entre le Québec et Los Angeles, les concerts et les studios, la composition et les performances... Elle a joué avec Stevie Wonders, Charles Aznavour, le Cirque du Soleil, etc. On l'a rencontrée pour tout savoir; d'où vient-elle et comment s'est-elle rendue là ?


Nathalie, merci de nous rencontrer aujourd'hui. En tant que premier violon à LA Voix, on sait que tu es occupée ces temps-ci. Ton parcours nous fascine; on veut tout savoir ! Commençons par le commencement. Comment t'es-tu retrouvée en Californie ?


En fait, je suis née à San Francisco de parents québécois. J'ai donc grandi au Québec principalement. Mes deux passions étaient la musique et la gymnastique. Mes idoles étaient Yehudi Menuhin et Nadia Comaneci ! J’ai poursuivi les deux intensément et à neuf ans, la vie a décidé par mon incapacité à passer l’admission aux Gymnix, que je serais plutôt violoniste. J’ai poursuivi mes études en privé et à l’âge de 11ans, mes parents décident de partir à l’aventure à NY. Nous y serons 4 ans pendant lesquels j’ai étudié avec des professeurs de Juilliard School of Music et du Manhattan School of Music et fait partie du NY Youth Symphony. Cette période et si inspirante pour moi ! Riche de rencontres et d’expériences incroyables comme de jouer au Carnegie Hall et au Lincoln Center avec le NYYS ! Je participe à des concours et joue en solo au Long Island Music Festival en plus de donner plusieurs récitals. Pendant tout ce temps, ma mère m’enseigne à la maison ce qui me laisse pas mal plus de temps pour pratiquer. À 14 ans, je vis une période de déchirement car mes parents, incapables de supporter le coût de la vie à New York avec les contraintes de ne pas être eux-même américains, annoncent que nous devons retourner à Montréal. Je rentre donc à l’école pour la 1ère fois à 14 ans à Régina Assumpta.



Mercuriades 2019, Montréal.

Je poursuis mes études en privé puis à l’Université McGill duquel je gradue avec un Baccalauréat en musique. Je commence très jeune pendant mes études universitaires à jouer comme surnuméraire dans l’Orchestre Métropolitain et à l’Opéra de Montréal. Je vis tout de même une période de doute pendant laquelle je me sens appelée par la médecine. Ce détour des plus enrichissant, m’emmène à faire tous mes cours de sciences et pré-med, pour finalement être acceptée à l’Université de Sherbrooke en Médecine alors que j’ai 24 ans !! ET là, je suis devant la plus grosse décision de ma vie : musique ou médecine ? J’ai besoin de m’exiler pour me recentrer alors je pars 3 mois en Italie, seule avec mon violon. Ce voyage a vraiment été des plus bénéfique et inspirant ! Je me suis retrouvée, loin de toutes les influences, face à moi-même. J’y ai retrouvé ma passion pour la musique, un appel si vrai que je ne pouvais l’ignorer ! Je suis donc revenue et j’ai refusée l’offre d’admission en médecine.


Avec René Lajoie, TOCADÉO, à la Place des Arts, Montréal.

Par la suite, j’ai fait une carrière vraiment variée à jouer dans pratiquement tous les styles de musique du classique au pop, du jazz au tango, de la musique africaine au contemporain le plus cérébral, en solo, en musique de chambre ou dans un orchestre. Je me suis taillée une place dans le milieu de la télévision, des tournées (Garou, Roch Voisine, Aznavour, Gino Vanelli, Bruno Pelletier…) et même à NY comme membre d’un quintette jazz « Ted Nash and ODEON ». EN 1998, j’ai décidé de fonder un festival de musique : Cord’En Fête pour présenter des concerts de tous genres, des masterclass et une exposition d’instruments. Le festival durera 3 ans car comme je suis tombée enceinte, j’ai préféré me consacrer à mon fils Félix.






C’est lors d’une tournée avec Garou en Sibérie que me suis venue l’idée de composer. J’ai commencé des cours à distance avec Berklee College of Music Online et j’ai tellement adoré que j’ai fini par faire tout le « Master’s Certificate in Composition for Film and TV » ! Pendant ces études, j’ai commencé à pitcher pour composer des thèmes d’émission et j’ai eu le bonheur de décrocher le thème de « Prière de ne pas envoyer de fleurs » qui joue encore après 8 saisons à Radio-Canada ainsi que quelques autres thèmes et séries. Pendant les 5 dernières années, l’appel de nouveaux défis se fait de plus en plus présent et l’envie de retourner aux États-Unis devient un rêve omniprésent. C’est finalement en 2015, lors de mon séjour à l’American Film Market à Santa Monica, que je décide d’entreprendre un plan de 3 ans pour y arriver. Je planifie donc des voyages régulièrement et ciblés autour d’événements, de stages, de conférences etc. et me bâtis un réseau professionnel et d’amis. Une sorte de famille locale. Je commence à obtenir de plus en plus de contrats comme musicienne et compositrice, et reçois de plus en plus d’offres de collaboration. Je suis invitée à composer sur divers albums de musique de production (MPATH, CRIMESONICS, MUSIC PACKAGE, HAUS INTL.) et quelques courts métrages jusqu’au jour où je décroche mon premier contrat à titre de compositrice pour un long métrage en mars dernier, 6 mois après avoir officiellement déménagé. Je commence d’ailleurs à composer pour ce film à la mi-mai. Le hasard veut que ce film ait été tournée en Italie ! J’adore ces petits clins d’œil de la vie ;)


Composer pour moi, c'est tenter de me mettre tellement dans la peau du film que la musique en transpire l'émotion.

Parle-nous de tes compositions. Quel est ton processus de création ? Où trouves-tu ton inspiration ?


Composer pour moi, c'est tenter de me mettre tellement dans la peau du film que la musique en transpire l'émotion. C'est comme trouver le mot juste qui traduira parfaitement l'émotion tout en laissant une part de rêve sans jamais prendre trop de place... comme un message subliminale. Lorsque je commence un projet, je prends le temps de le visionner de nombreuses fois, puis j'explore en improvisant des mélodies ou des rythmes sur l'image. Je cherche à trouver le rythme qui me semble naturel et qui colle à l'intensité du visuel. C'est souvent ce qui prend le plus de temps. Une fois trouvé, je peux m'amuser à faire des arrangements, diverses variations et à l'orchestrer ou ajouter des éléments plus synthétisés. Je termine en ajoutant souvent mon violon et autres musiciens que j'enregistre une fois la maquette approuvée.


Avec tous ces changements et ces accomplissements, peux-tu nous partager une chose dont tu es particulièrement fière ?


Je suis très fière d'avoir décroché le film "Rome In Love" (Hallmark Movies)!


Félicitations pour ce beau projet ! As-tu d'autres événements ou projets à venir ?


Je viens de terminer la finale de La Voix au Québec (1er violon). Je commence à composer pour "Rome In Love" à la mi-mai et j'aurai 2 de mes compositions qui seront jouées par l'Orchestre Moderne NYC sous la direction d'Amy Andersson lors du concert Women Warriors: Voices of Change le 20 septembre 2019. J'y serai également soliste.


Merci à Nathalie de nous voir si généreusement partagé son parcours. Pour plus d'informations sur la carrière de Nathalie Bonin, ou pour entendre sa musique, visitez les sites ci-dessous.

www.nathaliebonin.com

https://soundcloud.com/nathalie-bonin-1


Jump and the net will appear!

Entrevue signée 2 Femmes à Hollywood, une communauté qui vise à diffuser la culture québécoise et francophone en Californie. Vous souhaitez promouvoir votre projet ou entreprise dans notre magazine en ligne ? Simplement nous contacter via email.


  • Black Facebook Icon
  • YouTube - Black Circle
  • Black Twitter Icon

© 2020 by 2 Femmes à Hollywood. Created and operated by Creative Marketing Ninja

  • Black Facebook Icon
  • YouTube - Black Circle
  • Black Twitter Icon