• 2 Femmes à Hollywood

Le Marathon de l'Espoir: La Journée Terry Fox à Santa Monica

Mis à jour : 8 nov. 2019




"En 1977, Terry Fox reçut un diagnostic de sarcome ostéogénique (cancer des os) de la jambe droite. Subséquemment, il fallut amputer sa jambe à 15 centimètres (six pouces) au-dessus du genou. Pendant son séjour à l’hôpital, Terry fut tellement bouleversé par la souffrance des autres patients atteints de cancer qu’il décida de traverser le Canada à la course pour recueillir des fonds pour la recherche sur le cancer. Il nomma ce périple le Marathon de l’espoir."


J'ai vu passé un évènement sur Facebook, sur le groupe des Canadians Abroad le mois passé: La Course Terry Fox à Santa Monica. J'ai tout de suite eu envie de courir. D'habitude, je ne cours pas. Je pratique les arts martiaux et je fais de la marche en montagne, mais je ne cours pas. Cette année, c'est différent. La course Terry Fox tombe quelques semaines avant le premier anniversaire du décès de mon père et j'ai eu envie d'y participer en son honneur.


Quand j'étais petite, mon père avait un club de marche qui s'appelait "Veux-tu faire un pas de plus?". Il organisait des randonnées avec plusieurs familles; du monde qu'il avait rencontré dans des groupes de croissance personnelle. Du monde qui voulait faire un pas de plus dans tous les sens du terme.


Les randonnées de mon père m'ont beaucoup appris. Elles m'ont rendue forte, persévérante et amoureuse de la nature. Quand il pleuvait, on marchait quand même. Une fois les hommes ont même dû faire un mur pour que les femmes et les enfants puissent s'y accrocher et traverser un sentier transformé en rivière à cause de la pluie. Peu importe les conditions, on se rendait toujours au sommet.


Je me suis donc inscrite à la course et j'ai invité mes amis à se joindre à moi. La veille, tous mes amis ont annulé un à un. Ils avaient tous une bonne raison, mais reste qu'en bout de ligne il ne restait que moi.


David Brown nous souhaite la bienvenue.

Je me rends à la course. Je suis la première arrivée à la table d'inscription. Je me sens assez fragile. Je fais ça pour mon père. Il me manque.


Finalement les gens commencent à arriver jusqu'à ce qu'on se retrouve environ une cinquantaine de personnes sur le bord de l'eau à Santa Monica. L'organisateur nous explique qu'il fait ça pour souligner l'anniversaire du décès de sa mère, morte d'un cancer il y a plusieurs années, qu'il a lui-même survécu à un cancer, et que toute sa famille est venue de Toronto pour organiser cette course avec lui. Je me dis que c'est une belle façon de vivre son deuil en famille; d'en faire quelque chose de beau.



Jamie et Bronwyn de Blue Republic Crossfit nous proposent des étirements avant la course.

Et la course commence. Chancun à notre rythme, on court. Il y a des mamans avec des poussettes-sport qui courent. Il y a un couple avec leurs chiens. Il y a pas mal de jeunes dans la trentaine qui semblent courir tous les matins. Il y a un ado. Un grand-père. Une dame avec un chien à trois pattes. Et il y a moi. Moi qui court avec mon sac à dos et mes genoux qui font mal à cause d'une vieille blessure. Moi qui court avec mon coeur brisé parce que ça fait 11 mois que j'ai pas vu mon père. Moi qui court parce que, moi aussi, quand la vie me donne de la marde, j'veux en faire quelque chose de beau. Même si j'ai mal aux genoux.



Après la course, Jamie et Barry de Simmzy's nous reçoivent avec petit déjeuner et mimosa.

5 kilomètres plus tard, la course de termine au Simmzy's où on nous attend avec un mimosa et un délicieux déjeuner. Ça nous donne le temps de jaser, de se présenter, de se faire des nouveaux amis.



J’ai déjà dit que je donnerai le meilleur de moi-même pour réussir. Je n’abandonnerai pas. Mais je ne me rendrai peut-être pas jusqu’au bout. Si c’est le cas, le Marathon de l’espoir doit continuer.
-Terry Fox

Terry Fox a parcouru en moyenne 42 kilomètres par jour, pendant 143 jours. Il est mort en 1981, à 22 ans, avant d'avoir pu traverser le Canada au complet. Son Marathon de l'espoir avait déjà receuilli 23,4 millions de dollars mais, surtout, il avait planté une graine d'espoir qui pousse encore chez les Canadiens, même chez ceux qui sont loin.


Notre groupe de Canadiens expatriés à Los Angeles a couru 5 kilomètres samedi matin sur la bord de la plage. On a rammassé plus de 10,000$. On a fait un pas de plus pour le marathon de l'espoir.


Mon père est mort le 12 novembre 2018, quatre mois après avoir appris qu'il avait le cancer. Il était âgé de 61 ans. Il serait venu courir avec moi samedi matin s'il avait été en vie. Peu importe les conditions, il aurait été là.



Ça m'a fait du bien de participer à cette course. Ça m'a fait du bien de relire la vie de Terry Fox. Ça m'a fait du bien de rencontrer des gens qui, eux aussi, utilisent la perte d'un être cher pour faire du bon. Ça m'a donné espoir. C'est possible de faire du beau avec d'la marde.


Merci à David Brown, Rose Brown, Zack Honarvar et Adam Carlson pour votre initiative. Merci d'utiliser votre deuil pour créer quelque chose de beau, et de le partager avec votre communauté. Merci de continuer le marathon de l'espoir.



À la demande de David Brown, nous remercions les commanditaires de cet événement; Simmzy's, Burton Santa Monica, Blue Republic Crossfit Gym, One Day Entertainment.


Mukta Cholette, Los Angeles Californie




  • Black Facebook Icon
  • YouTube - Black Circle
  • Black Twitter Icon

© 2020 by 2 Femmes à Hollywood. Created and operated by Creative Marketing Ninja

  • Black Facebook Icon
  • YouTube - Black Circle
  • Black Twitter Icon